Fiches botaniques

Fiches botaniques. Or, car, en effet, toutefois, cependant, or, donc, car, en effet, ainsi, or, car, donc

Fiches botaniques
Apis mellifera sur un céanothe bleu © Charlotte Dumas

Fiches botaniques

Pour produire du miel, les abeilles butinent du nectar et du pollen sur les fleurs. Toutes n’ont pas un potentiel équivalent, certaines sont dites « mellifères » d’autres ne le sont pas. Or, car, donc, en effet

Certaines plantes mellifères sont essentiellement « nectarifères », d’autres « pollinifères », une troisième catégorie produit les deux.

Fiches botaniques

Savoir observer son environnement

Pour être en mesure d’apporter à ses abeilles les soins nécessaires, un apiculteur doit posséder de bonnes connaissances en botanique. Ses connaissances sont généralement liées à son biotope – l’environnement dans lequel évoluent ses abeilles. Il lui est inutile de connaitre les ressources de la totalité de son territoire, mais si l’on part du principe que le rayon de butinage des abeilles s’étend de 3 à 10 kilomètres, cartographier les espèces végétales qui poussent dans ce périmètre autour de ses ruchers peut se révéler un précieux atout.

Fiches botaniquesLes

Les plantes mellifères à Paris

Découvrons quelles plantes font le bonheur des abeilles Parisiennes saison après saison.

 Le crocus, le forsythia, l’erable plane, le marronnier d’Inde, le robinier (faux-acacia), le paulownia, l’albizzia (arbre de soie), la cédrèle de Chine, l’ailante, le savonnier de Chine, le tilleul, le sophora du Japon, le lierre grimpant, la véronique arbustive

Fiches botaniques
Fiches botaniques

 

Mon balcon parisien

Mon balcon parisien

Jardinerie

La plateforme 100% web qui sublimera votre balcon

Mon balcon parisien

Choix de contenants et accessoires • Sélection de plantes • Vente en ligne • Livraison

Mon balcon parisien, c’est d’abord l’histoire d’un besoin. C’est souvent en cherchant les solutions à un besoin personnel non satisfait que naissent les belles idées. Il y a 3 ans, lorsque Stéphanie et Nicolas aménagent dans leur nouvel appartement parisien, ils découvrent la joie de pouvoir respirer sur un petit balcon et cherchent à l’aménager pour en faire un espace de vie au petit supplément d’âme. Leurs esprits rêve récupération, brocante, vintage et «do it yourself»… les catalogues des jardineries leur offre du plastique aux couleurs flashy et des matières synthétiques. La graine est plantée!

L’équipe s’est désormais agrandie et  propose à sa clientèle les solutions de décoration et de jardinage adaptée à ses envies et ses besoins en quelques clics. Elle a fait appel à un paysagiste, qui utilise son savoir-faire pour sélectionner des plantes résistantes et persistantes. En proposant une livraison à domicile des matériaux de jardinage (contenants, billes d’argile, terreau) et des végétaux, c’est une solution clé en main qui vous est proposée. Commandez, recevez, plantez! Et pour aller plus loin, l’équipe vous accompagne en vous transmettant des consignes d’entretien selon les aléas de la météo (gelées, canicules…)

Le greffon a pris, Mon balcon parisien est l’allié 2.0 des jardiniers en herbe.

 Mon balcon parisien

Une rencontre… un partenariat

Mon balcon parisien et Apis Urbanica se sont rencontrés sur la terrasse d’un café de la capitale (une fois n’est pas coutume) un bel après-midi de printemps. Des amis nous ont présentés, nous avons fais connaissance en échangeant sur nos activités et nous avons eu envie de concrétiser nos visions communes en créant une gamme de plantes mellifères adaptée aux balcons. Nous poursuivrons désormais ensemble notre quête d’une ville reverdie, mieux respirable, bourdonnante, épanouie et épanouissante pour ses habitants.

Découvrez l’offre de Mon balcon parisien qui fait les yeux doux à nos abeilles et soutenez par vos achats l’implantation de nos ruches urbaines.

www.monbalconparisien.fr

Mon balcon parisien

Aménager une ville verte

Les villes et notamment les grandes métropoles mondiales sont pointées du doigt en tant que contributrices majeures des émissions de gazs à effet de serre. Sont en cause: la concentration des activités et des flux qui les caractérisent.

Le concept de ville verte cherche à renverser cette vision dominante et à analyser la contribution possible des métropoles à la lutte pour une planète plus durable.

La ville verte est une manière bien spécifique d’envisager la ville durable. Elle consiste à opérer un verdissement multiforme des territoires urbains, qu’il s’agisse de leurs espaces publics ou de leurs bâtiments. Pour se faire, le développement d’espaces verts classiques n’est plus qu’un levier parmi beaucoup d’autres. On verdit désormais les toits, les façades, les trottoirs, jusqu’aux espaces de travail. Le concept d’immeuble vert s’en trouve lui aussi réinventé.

Un immeuble vert, ce n’est plus simplement un bâtiment ayant obtenu un label environnemental (HQE, BREEAM, LEED). C’est également un immeuble qui a su intégrer la végétalisation à des fins de bien-être des occupants, de performance énergétique et de préservation de la biodiversité. Les bénéfices environnementaux de la végétalisation sont nombreux: résorption des îlots de chaleur, désimperméabilisation des sols, dépollution de l’air, amélioration de la biodiversité, contribution aux trames vertes et bleues constituant autant de corridors écologiques. On le voit, la végétalisation offre de véritables opportunités de rapprocher les espaces urbanisés et les milieux naturels; d’améliorer leurs échanges et leurs complémentarités.

Face à l’asphyxie croissante des villes, la demande citoyenne de verdissement est de plus en plus forte. Désormais du degré de verdissement des villes dépend leur attractivité. En France, nombre de collectivités locales ont d’ores et déjà élaboré d’ambitieuses stratégies de végétalisation. Paris fait figure de modèle avec son objectif de 100 hectares de toits et de façades végétalisés d’ici 2020. Elle a également mis en place dès 2011 un plan biodiversité. D’autres villes lui ont également emboîté le pas.

Paris, ville verte

A l’échelle mondiale, nombre de villes ont développé des stratégies végétales, tenant compte de leurs problématiques spécifiques. Singapour, New York ou même Montréal ou Toronto mettent à profit leurs toits plats pour développer massivement l’agriculture urbaine. Celle-ci constitue une forme bien spécifique de végétalisation, en promouvant les circuits courts, elle invite à repenser les relations entre les métropoles et leur arrière-pays, tout en étant créatrice d’emploi et d’innovation. L’agriculture urbaine constitue l’exemple même de la manière dont les enjeux environnementaux, sociaux et économiques peuvent se rejoindre dans une activité unique qui a toute sa place dans les villes.

La  ville verte est donc une facette de la ville durable en plein développement, fondée sur une structure et des aménagements  plus poreux à la nature. Si sa mise en oeuvre est l’affaire de tous, on retiendra le rôle croissant des entreprises qui seront à coup sûr de plus en plus sollicitées sur ces sujets dans un avenir proche, du fait de la quantité d’espaces verts qu’elle gère ou qu’elle pourrait créer. C’est pour elles un enjeu de management et de bien-être, d’image et de productivité et d’une manière plus générale de contribution réfléchie à la ville durable, celle qui répond aux ambitions climatiques de la COP 21.

Les ressources mellifères

La plus grande densité de plantes mellifères en ville se trouve dans les parcs et  jardins publics. Viennent ensuite les arbres d’alignement le long des avenues, les cimetières, les parterres municipaux, les balcons et terrasses privés qui constituent un précieux potentiel d’approvisionnement pour les abeilles.

Paris, ville verte

 

Le saviez-vous?

  • Les bois de Boulogne et de Vincennes totalisent une superficie de 1 840 hectares.
  • Les cimetières parisiens sont plantés de plus de 30000 arbres. La majorité sont alignés sur le long des voies de circulation, les autres étant situés à l’intérieur des concessions. Plus des deux tiers des arbres des cimetières sont constitués d’érables, de marronniers, de platanes, de tilleuls et de frênes. Le cimetière du Père Lachaise quant à lui – est le plus grand espace vert de Paris intra-muros (44 hectares) et compte plus de 4 000 arbres.
  • Les principaux arbres des rues de Paris sont les platanes, les marronniers, les tilleuls et les sophoras.
  • Les principaux arbres des parcs et jardins sont les tilleuls, les arbres fruitiers à fleurs, les érables et les marronniers.