Valeo

Valeo

Industrie automobile

CONFORT ET AIDE A LA CONDUITE • PROPULSION • SYSTÈMES THERMIQUES • VISIBILITÉ

Valeo est un équipementier automobile, partenaire de tous les constructeurs dans le monde. Entreprise technologique, Valeo propose des systèmes et équipements innovants permettant la réduction des émissions de CO2 et le développement de la conduite intuitive. Le Groupe fournit également des pièces de rechange aux constructeurs automobiles et aux acteurs du marché de la rechange indépendante.

La politique de développement durable du Groupe prépare Valeo aux défis qui se poseront demain en matière de Recherche et Développement, ainsi qu’en matière environnementale, sociale et sociétale, et, plus globalement, de mobilité. Continuer à proposer des innovations au service d’une mobilité automobile moins émettrice de CO2, plus autonome, plus connectée et intégrée dans son écosystème sont les enjeux de mobilité durable de demain pour Valeo. De même, l’accompagnement de la croissance du Groupe se traduit par la maîtrise de l’empreinte environnementale de ses sites, de l’attraction et de la rétention des talents de demain, ou encore du renforcement des relations des sites avec leurs partenaires locaux.

Eco-conception des produits

Pour les clients constructeurs, l’éco-conception des produits est un critère de différenciation déterminant pour attester de l’engagement de leurs fournisseurs en matière de
développement durable.

Réduction de l’empreinte environnementale du Groupe

Dans une logique d’amélioration continue, Valeo a mis en place en 2015 un plan d’actions ambitieux sur cinq ans, prévoyant de nouvelles réductions significatives sur l’ensemble de ses indicateurs environnementaux. D’ici à 2020, il s’est fixé pour objectif de diminuer sa consommation d’eau de 6% et celle d’énergie de 8%. Le Groupe compte aussi réduire de 5% sa production de déchets et de 8% ses émissions directes et indirectes de gaz à effet de serre. Enfin, à horizon 2020, 20% de ses sites devront être certifiés ISO 50001 (gestion de l’énergie).

Achats responsables

Depuis quatre ans, Valeo a mis en place un dispositif d’évaluation de ses fournisseurs au regard des principes du développement durable. Ce dispositif s’appuie sur un questionnaire d’évaluation des pratiques de développement durable des fournisseurs, envoyé chaque année à un panel représentatif. Ce dispositif est renforcé depuis 2015 par un programme d’audits spécifiquement dédié aux pratiques de développement durable des fournisseurs. En lien avec la croissance accélérée du Groupe en Asie, Valeo a renforcé le contrôle de la chaîne de fournisseurs dans cette région. En 2016, les fournisseurs localisés dans cette zone ont représenté une part importante des fournisseurs évalués.

Valeo soutient les initiatives communautaires sur tous ses sites. Parmi les 155 sites du Groupe, tous ont lancé au moins une action communautaire, témoignant ainsi de la force des liens tissés sur chacun des sites. En France, le Siège du Groupe parraine trois de nos ruches. Par cette démarche, Valeo souhaite sensibiliser ses collaborateurs sur le rôle des abeilles dans l’écosystème local et, au travers d’ateliers thématiques, leur faire découvrir l’extraordinaire organisation de ces colonies. Le miel récolté sera distribué aux salariés du site.

Valeo
Paris (17e arrondissement)

Valeo

Actualités

Semaine du développement durable (30 mai – 5 juin 2017)

Pour cette grande Fête des entreprises qui souhaitent s’investir pour un environnement mieux préservé, Valeo a proposé à ses collaborateurs du Siège différents ateliers sur le thème de l’écologie.

Parmi ceux-ci, ils ont pu se rassembler en  petits groupes autour des abeilles. Leurs filleules, enruchées dans un habitat de verre avaient fait le déplacement depuis leur toit parisien pour leur être présentées. Les collaborateurs Valeo ont ainsi pu observer au plus près leur organisation. Charlotte les a sensibilisés à l’apiculture urbaine et en profité pour répondre à leurs nombreuses questions sur le comportement des abeilles.

Valeo

Valeo

Une médaille pour le miel du rucher Valeo (novembre 2017)

Ce mois-ci, nous avons obtenu une médaille d’argent au Concours des miels d’Ile-de-France et du Grand Paris, organisé par la Société Centrale d’Apiculture, sous le patronnage de l’ADAIF et de la Métropole du Grand Paris. Elle récompense la production 2017 de notre site du 17e arrondissement.

Valeo

www.valeo.com

VALEO

Protégé : Espace privé Valeo

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Ecole de la Rochefoucauld, escapade au rucher

Le vendredi, tout est permis

L’équipe administrative de l’Ecole de la Rochefoucauld était très curieuse de découvrir ses petites protégées. Ce vendredi, un petit groupe de 8 a donc profité de sa pause-déjeuner pour s’approcher des ruches (non sans appréhensions pour certains de mes « stagiaires »). Rucher

Escapade au rucher

• Bilan: des visiteurs ravis qui m’ont même proposé leur aide pour de prochaines visites. C’est ce qu’on appelle de la promotion interne!

Les premières hausses de l’année ont ainsi été posées sur des ruches en pleine forme.

Escapade au rucher

Cette visite à aussi été l’occasion d’observer la végétation mellifère de la terrasse en plein épanouissement: sédum, ail, thym…

Escapade au rucher

https://www.flickr.com/photos/139753278@N04/


Nos clients

A Paris intra-muros et en proche banlieue, nous prenons soin pour nos clients d’un cheptel de ruches urbaines qui domine la ville, perché sur les toits

Cordon Bleu
Education
ICF Habitat (SNCF immobilier)
Immobilier
Institut du Monde Arabe
Culture
Musée Grévin
Culture
Naturalia
ALIMENTATION BIO
Valeo
Industrie

Nos clients

Nos ruchers

Nos clients

ICF Habitat-Novedis

Filiale de SNCF Immobilier, ICF Habitat-Novedis facilite la mobilité des salariés du Groupe ferroviaire. Elle accompagne par ailleurs les pouvoirs publics dans la mise en œuvre de leur politique logement. C’est pourquoi, toutefois, cependant, or, car, en effet, ainsi, donc, or, car

En cohérence avec les politiques publiques de l’habitat, ICF a engagé un ambitieux programme de développement immobilier, notamment dans les grandes agglomérations où il existe une forte demande de logement social de la part des collectivités, de la SNCF et des particuliers. C’est pourquoi, toutefois, cependant, or, car, en effet, ainsi, donc., or, car, en effet

ICF met ses moyens financiers et ses compétences au service des politiques de l’État pour le logement social. Le Groupe se positionne comme le partenaire naturel des collectivités territoriales. Il accompagne leurs politiques environnementales, d’urbanisme et de logement.

ICF HABITAT-NOVEDIS
Paris (17e arrondissement)
ICF HABITAT-NOVEDIS
Paris (19e arrondissement)

Déjà attaché à la qualité et au cadre de vie de ses résidents, ICF applique de nouvelles exigences en matière de politique énergétique et de respect de l’environnement.
Afin de réduire les émissions de CO2 de son parc et de maîtriser les charges locatives de ses résidents, le Groupe anticipe la réglementation sur les normes de construction.

www.icfhabitat.fr

C’est pourquoi, toutefois, cependant, or

Ruches urbaines, article site institutionnel

Les merveilles du miel, Camille LABRO (pages 20 à 23)

 Habitat-NovedisC’est pourquoi, 

La botanique mellifère de Paris

Qu’est-ce qu’une plante mellifère?

Pour produire du miel, les abeilles butinent du nectar et du pollen sur les fleurs. Toutes n’ont pas un potentiel équivalent, certaines sont dites « mellifères » d’autres ne le sont pas. Certaines plantes mellifères sont essentiellement « nectarifères », d’autres « pollinifères », une troisième catégorie produit les deux. Découvrons quelles plantes font leur bonheur saison après saison à Paris.

Nos fiches botaniques plante par plante

Calendrier mensuel

 Janvier

C’est le mois le plus froid de l’année. Les journées sont courtes et sombres. C’est aussi le plus calme au jardin. L’heure est à la taille des arbres, à l’amendement des sols et à leur protection contre le gel. Les potagers se couvrent d’un paillage.

A observer: géraniums, cotonéasters, laurier-tin, mahonias aquifolium, orangers du Mexique, bambous sacrés

Botanique mellifère

Février

A Paris, les perspectives des avenues sont dégagées. Les arbres nus aux branches spectrales se couvrent discrètement de bourgeons fermés. Dans les bosquets, les arbustes tentent d’égayer les verts-gris de leurs baies noires ou rouges. Les jardiniers municipaux entretiennent les plates-bandes et piquent les parterres dépouillés de petites vivaces colorées.

La botanique mellifère de Paris
Fleurs de cerisiers (19e arrondissement)

L’hiver touche à sa fin. Certaines températures très clémentes et une bonne hygrométrie permettent la floraison de quelques arbres fruitiers précoces. Et puis tout à coup, la ville peut se couvrir d’un couche neige qu’on attendait plus!

A observer: géraniums, cotonéasters, laurier-tin, mahonias aquifolium, orangers du Mexique, primevères, pensées, pâquerettes pomponettes, aucubas, bambous sacrés, prunus, cerisiers

Mars

C’est la fin de l’hiver. Les arbres sont encore nus, ils se couvrent pourtant petit à petit de bourgeons. Les arbustes sont en fleurs. Sur les pelouses, les bulbes tapissent le pied des arbres. Les espaces verts de la ville se couvrent de couleurs chatoyantes. Botanique mellifère. 

A la mi-mars la végétation en ville a déjà évolué : les bulbes commencent à faner et les arbustes fleuris prennent le relais. Des touches jaunes et blanches crues tranchent dans le minéral et de délicats parfums commencent à embaumer l’air. Les haies se parent de nouvelles feuilles, rouges ou d’un vert tendre. Sur tous les arbres, les bourgeons se préparent. Les alignements se parent d’une nouvelle voûte vert tendre.. Aussi

A observer: saules-marsault, prunus, camélias, mahonias aquifolium, hellébores, forsythias, perce-neiges, jonquilles, narcisses, crocus (VIDÉO) pâquerettes, primevères, bruyères, magnolias, azalées (rhododendrons), violettes, benoîtes, euphorbes, cognassier du Japon, jasmin d´hiver Or. D’où, Toutefois. Cependant) . Toutefois .Car.

 Botanique mellifère

Avril

Début avril, la carte de la végétation en ville est à nouveau rebattue : les bulbes ont disparus, les massifs se colorent des notes colorées des pensées, giroflées et tulipes. La floraison du camélia touche à sa fin. Les arbres majestueux (marronnier d’inde, paulownia, tilleuls, érable plane) étalent leurs ramures vert tendre. Certains se parent de leurs premières fleurs qui embaument les avenues et les squares. botanique méllifère

La botanique mellifère de Paris
Fleurs de marronnier blanc, Jardin d’acclimatation (16e arrondissement)
La botanique mellifère de Paris
Fleurs de marronnier rouge, rue d’Arcole (4e arrondissement)

A la mi-avril, des dizaines d’arbustes fleuris composent des haies délicieusement parfumées (Laurier-tin, orangers du Mexique). Les arbres de Judée, les lilas, les paulownias sèment des touches violettes au milieu de la verdure. Les fleurs du marronnier d’Inde s’épanouissent en grappes blanches et roses généreuses. Les premières fleurs de géraniums réjouissent la ménagère à la main verte.

La botanique mellifère de Paris
Fleurs de l’arbre de Judée, square Barye (4e arrondissement). Cependant

A observer: pensées, giroflées, tulipes, arbres de Judée, cerisiers du Japon, arbres à papillons, marronniers d’Inde, glycines, paulownias, chionanthus de Virginie, géraniums, lauriers-cerise (lauriers palmes), orangers du Mexique, pissenlits, pâquerettes, spirées, fraisiers, campanules, euphorbes, corètes du Japon, érables planes, corbeilles d’argent, skimmia du Japon, mahonias à feuilles de houx, forsythias, aucubas, prunus, muscariOr. D’où, Toutefois. Cependant. Toutefois

Botanique mellifère

Mai

Au début du mois de mai, nous passons les « Saints de glace » si redoutés des jardiniers et des observateurs de la végétation. Ils marquent la fin des gelées nocturnes et le début d’une saison plus stabilisée au niveau de la météo. A Paris, les floraisons massives de marronniers arrivent à leur terme. Visuellement plus tristes, les longs alignements des avenues ne sont plus que verdure. Les paulownias impriment toujours les squares et carrefours de notes mauves, cependant leurs tons commencent à s’affadir progressivement.

La botanique mellifère de Paris
Fleurs de Paulownia, place Louis Lépine (4e arrondissement)

Mais les jardiniers de la ville de Paris ont plus d’un tour dans leurs sacs! Les espaces verts sont plantés d’essences exotiques qui se renouvellent sans cesse, tel le mieux scénarisé des feux d’artifices. Les haies fournissent aux pollinisateurs une variété de ressources en pleines floraisons. Sur les toits végétalisés, les sédums ras sont en fleurs. Or. D’où. Toutefois. Cependant. Toute.

La botanique mellifère de Paris
Sedum en fleurs sur un toit végétalisé (17e arrondissement)
Botanique

Durant la seconde moitié du mois de mai, un beau temps plus stabilisé s’installe. Les températures montent et la flore évolue de nouveau. Sur les alignements et en bordure des bois, les acacias majestueux suspendent leurs grappes blanches et plus rarement jaunes. Les massifs fleuris laissent place aux haies fleuries. Les arbres ont pour beaucoup perdus leurs floraisons luxuriantes (marronniers, paulownias, prunus…) et commencent à former leurs fruits. On aborde une végétation plus estivale.

C’est aussi la période des pollens allergisants (platanes, graminées) qui piquent la gorge, les yeux et font éternuer. Mais au fait, ces trouble-fête sont-ils les mêmes pollens qui affolent nos abeilles et nourrissent leur couvain? Or. D’où.Toutefois. Cependant. Toutefois. Car. Pourtant. Cependant. Ainsi. Or. D’où. Toutefois.

A observer: sédums, robiniers, acacias (pravissima), spirées (VIDÉO), coquelicots, bleuets, marguerites, genêts, kerrias, santolines, roses, roses trémières, mauves, thym, achillées, aulx décoratifs, géraniums, fraises des bois, millepertuis, iris, glycines, buddléias, céanothes, paulowniasOr. D’où. Toutefois. Cependant. Toutefois. Car. Pourtant. Cependant. Ainsi. Or. D’où.

Botanique mellifère

Juin

Début juin à Paris, c’est l’heure de la floraison massive des tilleuls, une miellée fondamentale pour nos abeilles urbaines! Or. D’où. Toutefois. Cependant. Toutefois. Car. Pourtant. Cependant. Ainsi. Or. D’où.

La botanique mellifère de Paris
Fleurs de tilleul, Jardin des Tuileries (1er arrondissement)

A observer: sédums, spirées, spirées du Japon, coquelicots, marguerites, genêts, santolines, roses, roses trémières, mauves, thym (VIDÉO), achillées, aulx décoratifs, géraniums, fraises des bois, millepertuis, arbres à papillons, tilleuls, campanules, seringas, troènes communs Or. D’où. Toutefois. Cependant. Toutefois. Car. Pourtant. Cependant. Ainsi. Or. D’où.

La seconde moitié du mois de juin fait la part belle aux arbres majestueux qui se couvrent de fleurs très parfumées. Très mellifères, ils font le bonheur des abeilles. Les miellées battent leur plein et les abeilles stockent le précieux miel au sein de leurs alvéoles de cire fraîchement bâties.

A observer: tilleuls, savonniers de chine, catalpas, ailantes, buddleias, cédrèles de chine, bignonnes, jasmins, magnolias, liserons, chèvrefeuilles, chardons, sédums, géraniums, campanules, asters

Juillet

Le cycle de la fin juin se poursuit durant tout le mois de juillet par la floraison des innombrables arbres d’alignement (cédrèle de Chine, ailantes, catalpas, savonniers de Chine…) de la ville. Dans les squares et les massifs, c’est à nouveaux la grande fête des fleurs. Une météo particulièrement clémente depuis le printemps, très ensoleillée, avec de longues périodes de chaleur arrosées de pluies courtes mais régulières, permet à la végétation de s’épanouir dans de bonnes conditions et de faciliter une bonne montée de nectar dans les fleurs.

 

La botanique mellifère de Paris
Fleurs de savonnier, square Barye (4e arrondissement)

Pour les apiculteurs, une bonne nouvelle: le trop rare sophora du Japon vient d’amorcer sa floraison. Celle-ci devrait durer environ 3 semaines à travers la capitale (l’arbre est surtout présent dans le sud de Paris) Les avenues vont se couvrir de grappes blanches bourdonnantes. Ce sera la dernière miellée importante de la saison qui entrera dans la composition du miel de Paris.

La botanique mellifère de Paris
Fleurs de Sophora, quai de Grenelle (15e arrondissement)

A observer: savonniers de chine, catalpas, ailantes, buddléias, cédrèles de chine, jasmins, magnolias, liserons, chèvrefeuilles, chardons, hortensias, géraniums, capucines, campanules, bourraches, lavande d’Afghanistan, asters, cistes,  lauriers, albizzias, gauras de Lindheimer, sorbiers, abélias, passiflores, dahlias, coquilles d’œufs, soucis des jardins, bignonnes

Août

Au mois d’août l’été météorologique s’achève. Les grands vagues de floraisons des arbres se terminent avec celle du sophora du Japon. Quelques arbustes fleuris (abélias, gauras, buddléias…) tachent encore de couleur les perspectives urbaines. Les massifs fleuris sont magnifiques et attirent les butineuses de leur touches chamarrées.

La botanique mellifère de Paris
Abélia Grandiflora, rue Mère Thérésa (17e arrondissement)

A observer: hibiscus, buddléias, valérianes, coquilles d’œufs, dahlias, pyracanthas, sorbiers, chèvrefeuilles, pétunias, tournesols, gauras de Lindheimer, abélias, sophoras

Botanique mellifère

Septembre

Le long des avenues de Paris, la végétation s’assèche. La verdure est moins éclatante, les feuillages commencent à jaunir, certains arbres (savonniers, de Judée, noisetiers, marronniers, paulownias…) fructifient. Seuls les massifs créés par la Mairie proposent encore quelques fleurs bariolées. Sans en avoir l’air, le lierre grimpant étale ses petits doigts boudinés d’aliens: ce sont en fait ses fleurs. Elles sont très mellifères et représentent une source intéressante pour les abeilles. La récolte passée, elles profiteront pleinement de cet apport pour emplir la ruche de pollen et de nectar.

A observer: sophoras, géraniums, abélias, hibiscus, soucis des jardins, capucines, millepertuis, amarantes, dahlias, asters, rudbeckias, liserons, indigotiers, anémones du Japon, chalefs de Ebbing, tournesols, lierres grimpants

Lierre
Hedera helix, Montmartre (9e arrondissement)

botanique mellifère

Octobre

L’automne est installé depuis 10 jours (21 septembre), mais la baisse des températures n’est pas encore bien stabilisée. Les jours de grande douceur, les pelotes de pollen se pressent sur les cuisses des butineuses à l’entrée des ruches pour faire les dernières réserves avant l’hivernage.

A observer: géraniums, abélias, lierres grimpants, néfliers, mahonias aquifolium, bruyères, chèvrefeuilles, véroniques arbustives

Novembre

Le passage à l’heure d’hiver et les jours qui diminuent viennent marquer la fin de l’été indien dont les hommes et les abeilles continuaient à profiter avec délice. Les températures ne dépassent plus les dix degrés que quelques heures dans la journée. C’est la température qui marque le début de l’hivernage pour les abeilles. Les Parisiens s’emmitouflent dans leurs manteaux et leurs écharpes; l’apiculteur limite ses visites aux colonies à une surveillance discrète. Il a veillé à isoler les ruches du froid, des courants d’air et de l’humidité et ne les ouvre plus. La vie continue pour les abeilles mais leur activité ralentit et se cantonne à l’intimité de la ruche. Dans les cimetières parisiens, on fête les morts (Toussaint).

A observer: Mahonia aquifolium, chrysanthèmes, véronique arbustive, lierres grimpants, vignes vierges, bruyères, géraniums

La botanique mellifère de Paris
Fleur de Véronique, cimetière du Père Lachaise (20e arrondissement)

Décembre

Le mois de décembre marque le premier mois de l’hiver. Les feuilles automnales et leur incendie de couleurs s’éteignent petit à petit et jonchent les trottoirs. Les arbres se dénudent. Les plantes-bandes sont tristes et plates; pour la plupart des arbustes, les jardiniers de la ville ont procédé à une taille. Les arbres en fleurs cet été marquent les haies de baies rouges ou noires (cotoneasters, pyracanthas, bambou sacré).

A observer: Mahonias aquifolium, véroniques arbustives, lauriers-tin, bruyères, cotoneasters, bambous sacrés, géraniums

Botanique mellifère

Depuis plus de 15 ans, la Mairie de Paris est très engagée dans le développement durable de ses espaces verts. Pour protéger la biodiversité, ses jardiniers travaillent en zéro phyto, c’est-à-dire qu’ils n’utilisent aucun produit chimique pour leur entretien. Les abeilles parisiennes leur disent merci!

Le site Paris.fr propose également de merveilleuses ressources documentaires pour comprendre l’arbre à Paris. Tous les secrets du patrimoine arboré de la ville sont ainsi livrés aux usagers:  liste des vergers urbains, comment la mairie gère-t-elle les arbres vieillissants ou malades, les chiffres clés de l’arbre à Paris, l’histoire des arbres remarquables et leur emplacement…

Cette page est passionnante pour tous les amateurs de botanique :

 

Pour consulter nos fiches botaniques et accéder à tous nos contenus, entrez votre adresse-mail et abonnez-vous sur notre page d’accueil

Les pelotes de pollen

Lorsque l’on observe une fleur de près, on remarque assez rapidement les étamines terminées par des sacs, appelés anthères. Elles renferment  une poussière colorée, le pollen.

Dans leur activité de butinage, les abeilles visitent certaines plantes et le transportent vers d’autres fleurs. Ainsi, en récoltant un élément essentiel de son alimentation, l’abeille assure la reproduction des espèces visitées.

Comment le transporte-t-elles jusqu’à la ruche?

La dernière paire de pattes des abeilles est spécialement adaptée à la récolte du pollen. Son tibia est modifié en corbeille. Il comporte un peigne situé à son extrémité et le premier segment de sa patte forme une brosse.

Comment les abeilles forment-elles leurs pelotes ?

Lorsque les abeilles visitent les fleurs, elle gratte vigoureusement les anthères des fleurs avec leurs pattes de devant et leur corps velus se chargent de pollen. Avec leurs premières et deuxième paires de pattes, elles rassemblent la poussière fixée sur leurs propres têtes, leurs thorax et leurs abdomens.  Un peu de miel régurgité sert à compacter la pelote. Il est ensuite transféré de la 2e paire de pattes à la 3e paire de pattes. Le peigne de chaque patte de cette paire vient ensuite racler la brosse de la patte opposée et le pollen s’accumule dans les corbeilles.

Lorsque les pelotes sont ainsi formées, la butineuse rentre à la ruche, s’accroche sur le haut d’une cellule à pollen avec sa première paire de pattes et décroche les pelotes avec un mouvement de ses 2e et 3e paires.

Le butin ramassé représente de 10 à 30 mg par voyage, travail qui peut être réalisé en 10 minutes.

Les butineuses peuvent être spécialisées dans la récolte du pollen ou du nectar. Les butineuses mixtes font les deux. La quantité de butineuses et le ratio butineuses de pollen/ butineuses de nectar sont dirigés par la colonie. L’état du couvain incite les abeilles à la récolte de pollen, car pour se développer celui-ci à d’important besoins en protéines, que lui apporte la précieuse cargaison.