Le miel de Paris

Le miel de Paris

Le miel de Paris

Le miel de Paris

Le miel que nous produisons est polyfloral, issu principalement de la floraison d’arbres comme le marronnier, l’acacia, le tilleul ou encore le sophora du Japon.

C’est un aliment très nutritif. Il est composé de sucre (75%), d’eau (18%), de pollen (1% – source d’infimes protéines), de 2 à 3% d’acides aminés, de vitamines et  d’oligo-éléments. Selon les saisons, il prend des teintes allant de l’orange soutenu au jaune mêlé de reflets verts.

Le miel de Paris – liquide à l’extraction – est une solution saturée en sucres qui  cristallise au bout de quelques mois. Ce changement de texture est dû à la teneur élevée en glucose des plantes butinées par les abeilles, mais n’a pas de lien direct avec sa qualité.

En 2017, nous avons obtenu pour notre production la distinction « médaille d’argent » au Concours des miels d’Ile-De-France et du Grand Paris, organisé par la Société Centrale d’Apiculture (SCA) sous le patronnage de l’ADAIF et de la Métropole du Grand Paris (MGP).

 

Où se le procurer?

Notre production 2018 est indisponible actuellement.

Pour toute question ou pour passer votre commande: miel@apisurbanica.com

Le miel de Paris

Première récolte de miel sur les toits de Naturalia Boulogne

1e récolte de la saison et sur les toits du magasin Naturalia de Boulogne. Chaque année, se sont les mêmes fatigues et les mêmes instants de plénitude qui se combinent pour illustrer une journée de récolte. Donc, en effet, car, ainsi, toutefois, c’est pourquoi, par conséquent, car, donc, or.

Plaisir de partager au rucher.

Il fait très chaud aujourd’hui. Dans le doute, nous sommes bien protégés sous nos tenues d’apiculteurs. Nos gestes sont doux. Les abeilles restent calmes. Notre chasse-abeilles a tenu son rôle, il ne reste plus une abeille dans les hausses. Il nous permet de nous passer de la fumée de l’enfumoir. Cette note dans le miel est un défaut. Zéro piqûre au compteur. 

Première récolte sur les toits de Naturalia Boulogne

Efforts pour descendre du toit

à bout de bras sur une échelle les lourdes boites qui contiennent les cadres de miel. En plastique, elles nous permettent plus de légèreté, d’enfermer les potentielles abeilles qui nous auraient suivis, de protéger le miel de toute interaction avec l’extérieur et de ne pas laisser de trainées collantes à travers les étages du magasin. Mission zéro abeille clandestine accomplie.

Première récolte sur les toits de Naturalia Boulogne

Fierté de présenter à l’équipe du magasin

(@Clémence @Cyrielle ce jour là) et aux clients de passage, notre récolte. Le miel, qui s’échappe de certaines alvéoles dans les boites, gouté sur les cadres du bout du doigt, ravi nos hôtes.

Impatience

Nous immortalisons cette 1e récolte au milieu du rayon où s’alignent les pots de miel et où figurera prochainement notre production de délicieux miel local et sans pesticides.

Première récolte sur les toits de Naturalia Boulogne
Émotion

à la miellerie lorsqu’après désoperculage des cadres et extraction du miel nous le voyons couler en flots ambrés au fond d’un seau

Première récolte sur les toits de Naturalia Boulogne

Première récolte sur les toits de Naturalia Boulogne

Reconnaissance

Merci à nos abeilles pour leur douceur et leur travail méticuleux. L’or de la ruche n’aura jamais aussi bien porté son nom.

www.naturalia.fr

Naturalia

14 juillet: protéger notre patrimoine apicole

14 juillet

14 juillet: protéger notre patrimoine apicole

Apis mellifera mellifera

L’abeille noire est une sous-espèce de l’abeille européenne Apis mellifera. Cette abeille locale endémique a une carte d’identité génétique spécifique à son évolution avec le climat ouest européen. Sa répartition naturelle va des Pyrénées jusqu’à la Scandinavie, espace qu’elle a colonisé depuis près d’un million d’années. Elle a survécu à deux glaciations. C’est ce qui fait d’elle une abeille d’une super-adaptabilité à ce climat et à ses aléas.

Utilisée pour la production de miel en Europe de l’ouest jusque dans la seconde moitié du XXème siècle, ses populations régressent depuis 50 ans. La mondialisation des échanges a permis l’importation massive d’autres sous-espèces d’abeilles très productives, sur l’ensemble de son aire de répartition. Le métissage forcé entre ces abeilles « exotiques » importées et notre abeille locale entraine la disparition de son patrimoine génétique. Les caractères spécifiques à son adaptabilité déclinent inexorablement. Elle est en train de s’effacer de nos territoires. 14 juillet.

Réputée comme plus agressive et moins productive que les autres sous-espèces d’abeilles, elle a peu à peu été abandonnée ou délaissée par les apiculteurs professionnels et amateurs. Sa régression connait, depuis le début des années 2000, une accélération sans précédent qui fait craindre à moyen terme sa disparition définitive. Elle a déjà disparue de certains pays européens.

14 juillet

Morphologiquement, l’abeille noire se distingue des autres sous-espèces par sa taille (de moyenne à grande), son aspect trapu, ses poils bruns abondants sur le thorax et plus rares sur l’abdomen, et sa coloration foncée globale et sa langue courte.

Caractéristiques de l’espèce :

  • Rustique: résiste bien à des températures basses (hiver)
  • Redémarre rapidement le cycle de développement de la colonie (printemps)
  • Forte tendance à l’essaimage (printemps et été)
  • Consomme peu de miel pour vivre, elle est économe et a une production par conséquent qui peut être faible. Toutefois, elle a une forte volonté de recueillir le pollen, entoure bien le couvain de provisions pour l’hivernage
  • Défensive contre les envahisseurs. Elle est accusée d’agressivité.
  • Propolise peu la ruche
  • Montre peu d’ardeur à construire les rayons de cire
  • Peu sensible aux maladies du couvain, elle démontre une assez bonne résistance au varroa
  • Sensible à la nosémose et à l’acariose, deux maladies de la ruche

Les conservatoires de l’abeille noire en France

Il en existe 14 à travers tout notre territoire. Ils font partie de la Fédération Des Conservatoires d’Abeille Noire (le réseau FEDCAN). Ce réseau met en commun les démarches, les critères conservatoires, les outils et la promotion de cette abeille.

La FAO et l’ONU créent la Journée mondiale de l’abeille

Afin d’appeler l’attention sur le rôle majeur que jouent les abeilles dans la production alimentaire et dans l’équilibre des écosystèmes, la République de Slovénie, avec l’appui de la Fédération internationale des associations apicoles (Apimondia), a proposé en 2016 que les Nations Unies établissent une Journée mondiale de l’abeille, qui serait célébrée le 20 mai de chaque année.

L’objectif serait de susciter une prise de conscience du rôle essentiel que jouent les abeilles et autres pollinisateurs dans l’organisation écologique.

La FAO et l’ONU créent la Journée mondiale de l’abeille

Le 21 décembre dernier, l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a annoncé la décision de l’ONU de créer cette journée. Sa première édition sera célébrée en 2018.

 

Un agenda à suivre

Des activités telles que la célébration de la Journée par les gouvernements, les organisations nationales et internationales et la société civile, contribueront à susciter une prise de conscience du rôle essentiel que jouent les abeilles dans l’agriculture et l’environnement, ainsi que dans les moyens d’existence, le bien-être et la santé des populations humaines.

Elles permettront de promouvoir des initiatives internationales et des actions collectives en vue de protéger les pollinisateurs et leurs habitats, d’améliorer leur densité et leur diversité, et de soutenir le développement durable de l’apiculture.

Nos animations du 20 mai à l’Institut du Monde Arabe

 

La ruche qui dit oui

La ruche qui dit oui

Manger mieux, manger juste

La Ruche qui dit oui repose sur le principe de la vente directe, du producteur au consommateur, du champ à la fourchette. Vous connaissez ainsi l’origine des produits, et la manière de travailler du producteur. Vous soutenez également l’agriculture locale en achetant directement aux producteurs. Fruits, légumes, viande, poisson, herbes, pain, bière, fromage… Chaque Ruche a sa propre sélection. Tout a été produit ou transformé (pour le cas du café par exemple) à moins de 250 km. Labellisés bio ou pas, les produits sont issus de l’agriculture raisonnée.

Une Ruche, c’est un groupement de voisins, d’amis, d’amis de voisins qui s’unissent pour acheter directement de bons produits aux producteurs de leur région. Chaque Ruche a un Responsable de Ruche, en charge des distributions, et qui sera votre principal interlocuteur.

L’inscription à une ou plusieurs ruches est gratuite. Elle se fait sur le site la ruchequiditoui.fr

Une fois votre compte en ligne créé, vous devez choisir de vous enregistrer auprès d’une ou plusieurs ruches locale(s): vous avez alors accès à la liste et au descriptif des produits qui seront mis en vente lors de la prochaine distribution. Les producteurs déterminent un minimum de commandes à atteindre pour livrer. Il suffit de passer commande et de régler en ligne, puis de se rendre sur le lieu de distribution (un café, une école, une salle de spectacle…) à la date et à l’heure fixées par le responsable de Ruche, pour récupérer ses courses et rencontrer les producteurs. La Ruche est aussi un lieu d’échange.

Rejoindre une Ruche ne vous engage en rien. Vous pourrez décider quand et quoi commander selon vos envies: un seul produit, toute une cargaison …. ou rien cette fois-ci.

La ruche qui dit oui

La ruche que nous approvisionnons et où vous pouvez nous rencontrer lors des distributions:

Questions/Réponses la Ruche qui dit oui! (80 téléchargements)

La ruche qui dit oui