Les abeilles-cirières entrent à Grévin!

Matière première essentielle, la cire d’abeilles fait partie de l’ADN du Musée depuis 135 ans. Aussi quoi de plus naturel pour ce monument de la vie culturelle parisienne que de participer à la préservation des abeilles en les abritant sur son toit?

Les abeilles-cirières entrent à Grévin!

On entre à Grévin de son vivant. Se sont trois ruches pleines de vie et peuplées de 90.000 âmes qui ont « fait leur entrée à Grévin » en ce 17 mai 2017. Ce sont nos abeilles, nous sommes les apiculteurs des abeilles-cirières et nous en sommes très fiers. Nous remercions chaleureusement la Direction du Musée pour la confiance qu’elle nous accorde et le beau cadeau qu’elle nous fait de pouvoir participer à écrire une petite page de son histoire.

Les abeilles-cirières entrent à Grévin!

Les abeilles-cirières entrent à Grévin!

Ils en parlent:


Musée Grévin

CULTURE

MUSÉE • CAFE • SPECTACLES • LOCATION D’ESPACES

L’art du vrai-semblant

En 1881, Arthur Meyer est le directeur du quotidien Le Gaulois. Il avait envie que ses lecteurs puissent « mettre un visage » sur les personnalités dont il était question dans son journal. À cette époque, la photographie n’était pas encore devenue la norme dans la presse. Meyer décide alors de renouer avec un principe vieux de plus d’un siècle. Il se tourne vers le sculpteur, caricaturiste et créateur de costume de théâtre Alfred Grévin – qui avait réalisé des caricatures pour son journal – pour lui demander de créer les sculptures des personnalités qui font l’actualité. Car, en effet, donc, or, toutefois, cependant.

Grévin est un musée privé. Il figure des personnages allant de Mick Jagger aux Vamps en passant par Chantal Thomas ou Pierre Hermé. De nombreuses scènes de l’Histoire de France y sont reconstituées, comme l’assassinat de Marat par Charlotte Corday ou Jeanne d’Arc sur le bûcher. Régulièrement, de nouvelles personnalités font leur entrée au Musée sous le patronage de la célèbre Académie Grévin. Ainsi. Car. Or. Alors. C’est pourquoi. Cependant.

Depuis son inauguration, le musée Grévin a fabriqué et exposé plus de 2 000 personnages de cire. Aujourd’hui il compte environ 300 figures réparties tout au long de son parcours.

Grévin
Paris (9e arrondissement)

Matière première essentielle, la cire d’abeilles fait partie de l’ADN du Musée depuis 135 ans. Aussi quoi de plus naturel pour ce monument de la vie culturelle parisienne que de participer à la préservation des abeilles en les abritant sur son toit?

 

Actualités

Installation des ruches (mai 2017)

Musée Grévin
Yves Delhommeau – le Directeur du Musée Grévin – accueille nos abeilles-cirières ©Grévin

On entre à Grévin de son vivant. Se sont trois ruches pleines de vie et peuplées de 90.000 âmes qui ont « fait leur entrée à Grévin » au ce mois -ci. Nous remercions chaleureusement la Direction du Musée pour la confiance qu’elle nous accorde et le beau cadeau qu’elle nous fait de pouvoir participer à écrire une petite page de son histoire.

 

Récolte (août 2017)

La première récolte de miel des toits de Grévin a eu lieu début août. Elle a permis aux collaborateurs du Musée et aux membres de l’Académie Grévin de découvrir ses saveurs caractéristiques. Déguster cette  récolte historique sera cette année réservé à quelques chanceux partenaires du Musée ou prochaines célébrités entrantes, avant de pouvoir peut-être en 2018 rejoindre les étagères de la boutique?

Grévin

www.grevin-paris.com/fr

GREVIN

Les abeilles cirières se préparent

Pour la saison apicole 2017, un lieu d’exception de la vie culturelle à Paris se prépare à ouvrir ses toits aux abeilles d’Apis Urbanica.

Notre client se réjouit par avance de mettre en oeuvre un projet lié à son ADN et nous sommes très honorés qu’il aie choisi de nous faire confiance pour cela. Nous aurons le privilège d’écrire ensemble de jolies pages de l’apiculture urbaine. Car. En effet.

Les abeilles cirières se préparent

Plus d’images et d’informations prochainement sur notre blog. Suivez-nous!