La botanique mellifère de Paris

Calendrier mensuel

Mars

C’est la fin de l’hiver. Les arbres sont encore nus, ils se couvrent pourtant petit à petit de bourgeons. Les arbustes sont en fleurs. Sur les pelouses, les bulbes tapissent le pied des arbres. Les espaces verts de la ville se couvrent de couleurs chatoyantes. Or. D’où, Toutefois,

A la mi-mars la végétation en ville a déjà évolué : les bulbes commencent à faner et les arbustes fleuris prennent le relais. Des touches jaunes et blanches crues tranchent dans le minéral et de délicats parfums commencent à embaumer l’air. Les haies se parent de nouvelles feuilles, rouges ou d’un vert tendre. Sur tous les arbres, les bourgeons se préparent. Les alignements se parent d’une nouvelle voûte vert tendre.. Aussi

A observer: saules-marsault, prunus, camélias, mahonias, hellébores, forsythias, perce-neiges, jonquilles, narcisses, crocus, pâquerettes, primevères, bruyères, magnolias, azalées, violettes, saules, benoîtes, marronniers, tilleuls en feuilles, euphorbes

 Botanique mellifère

Avril

Début avril, la carte de la végétation en ville est à nouveau rebattue : les bulbes ont disparus, les massifs se colorent des notes colorées des pensées, giroflées et tulipes. La floraison du camélia touche à sa fin. Les arbres majestueux (marronnier d’inde, pawlonia, tilleuls) étalent leurs ramures vert tendre. Certains se parent de leurs premières fleurs qui embaument les avenues et les squares.

Botanique mellifère
Jardin d’acclimatation (16e)

A la mi-avril, des dizaines d’arbustes fleuris composent des haies délicieusement parfumées (Laurier-tin, orangers du Mexique). Les arbres de Judée, les lilas, les pawlonias sèment des touches violettes au milieu de la verdure. Les fleurs du marronnier d’Inde s’épanouissent en grappes blanches et roses généreuses. Les premières fleurs de géraniums réjouissent la ménagère à la main verte.

A observer: pensées, giroflées, tulipes, arbres de Judée, cerisiers du Japon, arbres à papillons, marronniers d’Inde, platanes, pawlonias, rosiers en feuilles, géraniums, lauriers-cerise (lauriers palmes), orangers du Mexique, pissenlits, pâquerettes, fraisiers, campanules, euphorbes

Botanique mellifère

Mai

Au début du mois de mai, nous passons les « Saints de glace » si redoutés des jardiniers et des observateurs de la végétation. Ils marquent la fin des gelées nocturnes et le début d’une saison plus stabilisée au niveau de la météo. A Paris, les floraisons massives de marronniers arrivent à leur terme. Visuellement plus tristes, les longs alignements des avenues ne sont plus que verdure. Les paulownias impriment toujours les squares et carrefours de notes mauves, cependant leurs tons commencent à s’affadir progressivement. Mais les jardiniers de la ville de Paris ont plus d’un tour dans leurs sacs! Les espaces verts sont plantés d’essences exotiques qui se renouvellent sans cesse, tel le mieux scénarisé des feux d’artifices. Les haies fournissent aux pollinisateurs une variété de ressources en pleines floraisons.

Sur les toits végétalisés, les sédums ras sont en fleurs.

Durant la seconde moitié du mois de mai, un beau temps plus stabilisé s’installe. les températures montent et la flore évolue de nouveau. Sur les alignements et en bordure des bois, les acacias majestueux suspendent leurs grappes blanches et plus rarement jaunes. Les massifs fleuris laissent place aux haies fleuries. Les arbres ont pour beaucoup perdus leurs floraisons luxuriantes (marronniers, paulownias, prunus…) et commencent à former leurs fruits. On aborde une végétation plus estivale.

C’est aussi la période des pollens allergisants (platanes, graminées) qui piquent la gorge, les yeux et font éternuer. Mais au fait, ces trouble-fête sont-ils les mêmes pollens qui affolent nos abeilles et nourrissent leur couvain?

A observer: sédums, robiniers, acacia (pravissima), spirées, coquelicots, bleuets, marguerites, genêts, kerria, santolines, roses, roses trémières, mauves, thym, achillées, aulx décoratifs, géraniums, fraises des bois, millepertuis

Botanique mellifère

Juin

Début juin à Paris, c’est l’heure de la floraison massive des tilleuls, une miellée fondamentale pour nos abeilles urbaines!

Botanique mellifère
Jardin des Tuileries, 1er arrondissement

A observer: sédums, spirées, coquelicots, marguerites, genêts, santolines, roses, roses trémières, mauves, thym, achillées, aulx décoratifs, géraniums, fraises des bois, millepertuis, arbres à papillons, tilleuls

La seconde moitié du mois de juin fait la part belle aux arbres majestueux qui se couvrent de fleurs très parfumées. Très mellifères, ils font le bonheur des abeilles. Les miellées battent leur plein et les abeilles stockent le précieux miel au sein de leurs alvéoles de cire fraîchement bâties.

A observer: tilleuls, savonniers de chine, catalpas, ailantes, buddleia, cédrèles de chine, bignonnes, jasmins, magnolias, liserons, chèvrefeuille, chardons, sedums

 

Depuis plus de 15 ans, la Mairie de Paris est très engagée dans le développement durable de ses espaces verts. Pour protéger la biodiversité, ses jardiniers travaillent en zéro phyto, c’est-à-dire qu’ils n’utilisent aucun produit chimique pour leur entretien. Les abeilles parisiennes leur disent merci!

Le site Paris.fr propose également de merveilleuses ressources documentaires pour comprendre l’arbre à Paris. Tous les secrets du patrimoine arboré de la ville sont ainsi livrés aux usagers:  liste des vergers urbains, comment la mairie gère-t-elle les arbres vieillissants ou malades, les chiffres clés de l’arbre à Paris, l’histoire des arbres remarquables et leur emplacement…

Cette page est passionnante pour tous les amateurs de botanique :

 

Pour consulter nos fiches botaniques et accéder à tous nos contenus, entrez votre adresse-mail et abonnez-vous sur notre page d’accueil

Laisser un commentaire

Ecrire un commentaire