PlantNet

L’appli des botanistes en herbe

PlantNet est une application de collecte et de recherche. Cet outil malin intègre ainsi un système d’identification automatique de plantes. Il procède à partir de photos comparées avec les images d’une base de données botaniques.

PlantNet

Les résultats permettent de trouver facilement le nom de la plante, si celle-ci est suffisamment illustrée dans la base de référence.

L’application ne permet pas  d’obtenir 100% de réponses,  mais elle fait cependant avancer une réflexion lorsqu’on se trouve devant un végétal inconnu.

Le Shazam des plantes de France métropolitaine. A tester sans attendre pour les curieux de verdure.

Actuellement diffusée sur iPhone et téléphones Android.


Vers une science participative?

Un programme de science participative est conduit en partenariat. Il met en relation des observateurs bénévoles (citoyens) et une structure à vocation scientifique. Il vise à observer ou étudier un phénomène dans le cadre d’un protocole bien défini.

Les citoyens sont ainsi mis à contribution pour collecter un grand nombre de données difficiles à obtenir par d’autres moyens. Cela leur permet de s’investir dans l’observation d’un sujet et la préservation d’une cause, comme l’étude de la biodiversité à travers l’action des pollinisateurs.

Ces programmes sont particulièrement utiles pour suivre le milieu naturel sur de grandes échelles géographiques. De longues périodes comme l’impact des changements climatiques sur l’environnement peuvent ainsi être étudiés. Ils sont également déployés pour constituer des inventaires ou rechercher des informations. Ils seront ensuite mises à la disposition des chercheurs et du public. En contrepartie de leur implication, les citoyens sont accompagnés dans leurs interrogations. Ils pourront ainsi mieux comprendre les enjeux des phénomènes qu’ils contribuent à mettre en évidence.

Spipoll

Vers une science participative ?

Il existe de très nombreux programmes de science participative en France. Les insectes pollinisateurs jouent un rôle majeur dans le fonctionnement des écosystèmes. Ce service écosystémique est aujourd’hui fragilisé, comme en atteste le déclin des populations d’abeilles domestiques. Le Spipoll a pour but d’obtenir des données quantitatives sur les insectes pollinisateurs et autres insectes floricoles en France. Il s’agit de mesurer les variations de la diversité de ces insectes et de la structure des réseaux de pollinisation, sur l’ensemble du territoire.

Ce projet de sciences participatives est une collaboration entre quatre partenaires principaux : le Muséum national d’Histoire naturelle, l’Office pour les insectes et leur environnement (Opie), la Fondation Nature & Découvertes et la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme.

Grâce à un protocole simple et attrayant, le Spipoll est ouvert à toute personne souhaitant y participer, quelque soit son niveau de connaissance naturaliste. Le principe : photographier les insectes en train de butiner. On  les identifie ensuite grâce à la clé de détermination en ligne. Une manière de créer de véritables « collections », qui serviront de base pour répondre à de nombreuses questions scientifiques. Comment participer ? Rendez-vous sur le site www.spipoll.fr pour découvrir le protocole et visiter les galeries  de la communauté.

 


Rucher: la saison apicole en images

Saison apicole

Qu’est-ce que la saison apicole ? 

C’est la saison durant laquelle les abeilles sont actives au rucher et produisent du miel. De mars à septembre, les températures sont favorables à leurs sorties. Les ouvrières profitent ainsi des miellées, butinent et stockent les réserves dans les alvéoles de la ruche. Elle s’oppose à la période d’hivernation. Les abeilles restent alors au chaud au sein de la ruche et consomment alors les réserves faites durant les beaux jours. Cependant. Aussi. 

Tout compte fait.  Quoique. Bref. eN définitive. Tout compte fait. 

Quelles sont les activités au rucher ?

Elles sont nombreuses et variées. Les différents gestes effectués par l’apiculteur suivent essentiellement le rythme des saisons et de la météo.  Tour à tour bricoleur, manutentionnaire, observateur, celui-ci est avant tout le berger des abeilles. C’est pourquoi toute son attention se concentre sur les besoins de ses petites protégées, afin que les colonies puissent vivre et se développer dans les meilleures conditions. L’émergence de nouvelles études et de nouveaux risques bouleversent régulièrement la filière apicole. Ainsi, l’apiculteur doit sans cesse remettre en cause ses pratiques et leur organisation. Il doit se tenir informé. Il doit s’adapter.

Suivez-nous pour parcourir en accéléré une année au rucher. C’est sûr, vous ne regarderez plus jamais du même oeil le doux pot de miel de votre placard. Toutefois.

C’est ainsi. 

 


Collecte de pesticides

Chez Botanic

Dans le cadre de la 11e Semaine pour les alternatives aux pesticides, l’enseigne de jardinerie naturelle Botanic invite toutes les bonnes volontés à se mobiliser pour se débarrasser des pesticides en les rapportant pendant les 2 opérations du 25-26 mars et du 1er au 2 avril 2016 dans ses 66 magasins.

Collecte de pesticides chez Botanic

Les produits, entamés ou non utilisés, doivent être rapportés dans leur emballage d’origine. La collecte englobe tous les produits phytosanitaires EAJ (Emploi Autorisé dans les Jardins), hors engrais et produits professionnels.
Tous les produits collectés sont pris en charge par Triadis, spécialiste de la gestion des déchets. Ils seront ainsi acheminés vers les centres de traitement agréés en vue de leur élimination.

Recevez un bon d’achat de 5€ en échange de vos produits.

 


Les abeilles ont-elles besoin de boire ?

Le saviez-vous ? Boire

Oui, les abeilles ont besoin d’eau. Un rucher doit donc toujours être à proximité d’une source d’approvisionnement en eau. Boire

Les abeilles ont-elles besoin de boire ?

Une grande partie de l’année, la rosée peut suffire. Mais une mare, un étang ou un ruisseau sont les bienvenues, en particulier quand il fait chaud et sec, car les abeilles consomment alors de l’eau pour rafraîchir la ruche. Elles en consomment ainsi beaucoup dans les périodes d’élevage du couvain et de fort développement des colonies, au printemps. Même s’il est difficile de classer la récolte d’eau comme l’un des métiers ide l’abeille à part entière, certaines butineuses se spécialisent dans cette tâche pendant presque toute leur vie.
Elles détectent une source, ingère l’eau, la stocke dans leur jabot. Cette sorte de réserve placée après l’œsophage dans l’abdomen de l’abeille. Une fois arrivée à la ruche, elles régurgitent l’eau afin qu’elle soit utilisée.

Les abeilles ont-elles besoin de boire ?

Et si on  installait un abreuvoir à abeilles ?

Si les abeilles n’ont pas de point d’eau à proximité de la ruche, il faudra leur en installer un. Une soucoupe remplie d’eau avec quelques pierres plates permet aux abeilles de s’approcher au plus près du liquide sans risquer le bain et la noyade. Une installation simple, mais toutefois nécessaire !


Ministere de l’Interieur

La place Beauvau est située dans le quartier du Faubourg du Roule. Elle s’ouvre ainsi à l’intersection de la rue du Faubourg-Saint-Honoré, de l’avenue de Marigny et de la rue de Miromesnil. Elle est particulièrement connue pour l’hôtel de Beauvau, construit par Nicolas Le Camus de Mézières. Les grilles emblématiques du Ministere s’ouvrent sur la place. Elles furent commandées en 1856. Elles figurent d’ailleurs sur les étiquettes des pots du miel de Beauvau. 

L’Hotel de Beauvau abrite le Ministere de l’Interieur depuis 1861. Il était auparavant logé dans l’hôtel de Conti, moins spacieux. Le cœur du dispositif administratif se rapprocha dès lors de la tête de l’État.  Le Palais de l’Elysée, résidence et bureau du Président de la République, est situé à quelques pas. Son administration s’est dès lors peu à peu étendue aux bâtiments alentours. Le ministère forme désormais un pâté de maisons longeant toute la rue des Saussaies, la place du même nom et la rue Cambacérès. La métonymie « Place Beauvau » est fréquemment employée par les médias français pour le désigner.

Le jardin du Ministere comporte 413 arbres, plantés au XIXesiècle et provenant des pépinières du château de Versailles.

Ministere de l'Intérieur
Paris (8e arrondissement)

Actualités au rucher

Juin 2015

Tous les mois, Charlotte rédige une lettre d’information apicole, mise à disposition sur l’Intranet pour les agents du Ministère et des Préfectures. Très bien accueillie, cette rubrique inspire aux agents de nombreuses questions. Son axe pédagogique permet aux hôtes de nos petites abeilles de mieux comprendre leur organisation et les activités du cycle apicole.

« J’ai appris avec intérêt l’installation de ruches sur notre site. Merci pour la newsletter Les abeilles de Beauvau, qui nous permet ainsi de suivre la vie des ruches. C’est une très belle initiative qui permettra à beaucoup d’entre nous d’en apprendre plus sur ces insectes trop méconnus. J’attends avec impatience la prochaine lettre! » (Emilie)

« Quel beau numéro que cette deuxième parution : une goulée d’air frais! Rédaction claire, pédagogie du verbe : continuez, c’est un régal, j’ose même dire que c’est … du miel.  Les liens offerts sont très instructifs. » (Philippe)

« Je suis apicultrice amatrice, j’ai dix ruches. Je suis vos rubriques avec intérêt et je les trouve très bien faites. » (Catherine)

« (…) Merci encore et toujours pour vos articles captivants et enrichissants. Je suis impatient de découvrir les prochaines aventures de nos butineuses infatigables. » (Philippe)

Juillet 2015

Les ruches sont inaugurées par une visite de Monsieur le Secrétaire Général au rucher. Revue des troupes…

Ministere de l'Interieur

 

Septembre 2015 

Les agents du Ministère ont pu participer à un atelier de désoperculation et d’extraction du miel tout juste récolté de leurs ruches.

Ministere de l'Interieur

Les pots de la première récolte de miel faite sur ses toits ont été livrés au Ministere de l’Interieur. Il seront offerts comme cadeaux prestige par le Cabinet du Ministre et seront dégustés lors des petits déjeuners de travail qui se tiendront place Beauvau.

Ministere de l'Interieur

Mai 2016

La biodiversité est le tissu vivant de notre planète, elle nous fournit en effet des services irremplaçables. La France est dotée d’une biodiversité tout aussi exceptionnelle que fragile. Chaque jour, la surexploitation des espèces sauvages, les pollutions ou les dérèglements climatiques portent malheureusement atteinte à la biodiversité. La préserver, c’est préserver ce qui nous apporte nourriture, santé, sources d’énergie.

Pour la deuxième édition de la Journée de la Biodiversité à laquelle Apis Urbanica et le Miel de Paris ont participé, nous avons présenté aux agents du Ministère les abeilles sauvages: comment les identifier? Quels sont leurs habitats? Quels sont leurs comportements?

Ministere de l'Interieur

C’est pourquoi. En effet. Ainsi. De là. Par conséquent.Ministere de l’Interieur

Mai 2017

Nous avons participé à notre 3e édition de la Journée de la biodiversité au Ministère. Durant leur pause-déjeuner, les agents ont pu découvrir les plantes mellifères, comment les reconnaître pour mieux les planter et leur intérêt pour les abeilles.

Le lendemain, c’est un petit groupe d’agents qui est monté sur les toits en notre compagnie pour découvrir l’activité d’un rucher et observer la vie de la ruche au plus près.

 » Très bon moment auprès de Charlotte. J’ai été ravie d’avoir pu manipuler un cadre avec des abeilles et vu la Reine 
Je remercie notre apicultrice et toute l’équipe qui s’occupe des abeilles!  » (Brigitte)

 » Merci beaucoup pour cette sympathique expérience à laquelle j’ai pu participer hier midi. Un grand bravo à l’apicultrice, aussi passionnée que passionnante!!! Elle a eu à coeur de nous faire partager son métier. Sa patience pour bien nous montrer les différents travaux accomplis par ses ouvrières nous a permis de bien visualiser miel, propolis, couvain… et tout ça dans une sécurité optimale. Je lui souhaite une très bonne continuation  » (Christelle)

Ministere de l'Interieur

www.interieur.gouv.fr

Ministere de l’Intérieur


Boucheron

Boucheron. Cependant. En effet. Car. De là. Toutefois. 

Boucheron

Sur le site de la maison Boucheron, les abeilles contemplent trois siècles d’histoire. Elles bénéficient ainsi d’une vue imprenable sur la colonne centrale, qui a retrouvé depuis peu toute sa splendeur. www.desgoutsetdescouleurs.com

La place Vendôme se trouve au nord du jardin des Tuileries, au sud de l’Opéra Garnier et à l’est de l’église de la Madeleine. Typique de l’urbanisme classique français, c’est une des places de Paris les plus célèbres et considérée comme l’une des plus luxueuses du monde. Son architecture est due à Jules Hardouin-Mansart. Il conçut en 1699 un plan d’urbanisme strict auquel devaient se conformer les propriétaires des immeubles. Une grande partie des façades est en effet classée monument historique. En 1893, la Maison Boucheron devient le premier joaillier à investir la Place.

Du serpent de Gabrielle jusqu’à l’introduction de Wladimir – le chat de Gérard Boucheron – la maison du 26, place Vendôme a su s’entourer d’animaux porte-bonheurs (chat, chien, oiseaux). Elle crée des collections leur redonnant vie.  Les abeilles des toits sont les dernières petites icônes qui sauront enchanter les lieux.

Actualités au rucher

Octobre 2016

Les ruches installées sur les toits du n°26 ont produit cette année la première récolte de miel. Poétiquement nommé  Nature triomphante, l’or liquide de la Maison Boucheron a pris place dans son flacon de verre pour flatter les palais les plus gourmands.

Boucheron

www.fr.boucheron.com/fr_fr

Boucheron